Conférence à l’UNESCO

Hello ! L’article que je vous propose aujourd’hui est une nouvelle fois en rapport avec le lycée, notamment l’histoire. Il faut croire que j’apprécie beaucoup cette matière. 🤗

En effet, grâce à notre professeur, nous avons eu le bénéfice d’assister à une conférence menée par l’UNESCO. Le thème était l’Afrique. Dans le programme de terminale nous étions amenés à étudier le chapitre sur l’Afrique. C’est donc dans ce cadre que le professeur nous a organisé cette sortie intéressante.

  • Qu’est-ce que l’UNESCO ?

L’UNESCO est un campus qui a été créé après la Seconde Guerre mondiale. En moyenne, 23 conférences s’y déroulent par mois, au cours des quels 195 pays sont réunis. Les thèmes essentiels pour cette organisation ne sont autres que les préoccupations concernant l’océan, les droits des femmes, l’éducation des filles, les génocides et bien d’autres encore.

  • Les intervenants

Cette conférence était animée par quatre intervenants et dirigée par Victoria DELLINGER.

Willy JACKSON, docteur en Sciences politiques et relations internationales (ILERI);

Myriam COTTIAS, directrice de recherches CNRS;

Ali MOUSSAIYE, chef de la Section Histoire et Mémoire, pour le dialogue, responsable de « La Route de l’esclavage  » et « Histoire générale de l’Afrique »;

Amzat BOUKARI-YABARA. Je ne suis pas parvenue à retenir quel était son rôle malheureusement.

Dans l’ensemble, ces intervenants sont des passionnés de l’Afrique. Selon eux, l’Histoire est une matière importante pour comprendre, dans le futur, ce qu’il s’est passé auparavant. C’est une façon de reconstruire un discours sur le temps passé mais pas seulement, c’est également une façon de penser le présent, s’exprimait Myriam Cottias. Pour eux, c’est une passion de pouvoir retrouver des éléments du passé enfouis. Cela leur permet de souvent rencontrer des questions sur eux, ce qu’ils sont. La notion de construction raciale se développe également.

« Les Guerres prennent naissance dans l’esprit des Hommes, c’est dans l’esprit des Hommes que doivent être élevées les défenses de la paix. » 1945, Acte constitutif de l’UNESCO.

  • Les chiffres importants

Dans le domaine de l’éducation :

-57 millions d’enfants dans le monde ne sont pas scolarisés;

Dans le domaine de la science :

-1 million d’espèces marines

Au sujet de la paix et du dialogue :

-90% de conflits

-100 000 soldats de paix

Concernant les droits humains :

-256 millions d’enfants sont contraints au travail dans le monde

-300 000 enfants soldats.

  • Pourquoi l’Histoire est importante pour l’Histoire mondiale ?

C’est Ali Moussa Iye qui a répondu à cette question.

L’histoire permet de nous situer nous-même, de construire notre identité, de comprendre les sources, les connaissances, les savoirs faire. Par l’histoire on justifie les préjugés et tels ou tels conflits.

L’Histoire de l’Afrique la plus méconnue n’est autre que la traite négrière. Aucune religion n’autorise l’esclavagisme. On a utilisé la science pour justifier. Pour établir la hiérarchie des Hommes, toutes sortes de sciences ont été utilisées. Pour l’Afrique, dès le XIXème des philosophes ont mis la question de l’Afrique au cœur de l’Histoire. Des préjugés contre certaines populations se sont mis en place. C’est dans ce cadre que l’UNESCO agit. Cette organisation lutte contre ce phénomène. Pour cela, elle introduit une nouvelle manière de désarmer l’Homme. Elle identifie les historiens pour les réunir. Son but est d’également écrire l’Histoire de l’Afrique. Dans ce cas, il existe différentes sources sur lesquelles on peut s’appuyer. Il s’agit de diversifier les sources : les traditions orales, les écrits etc, ce sont des sources pour faire l’Histoire. Il n’est pas facile de rétablir l’Histoire sur une Histoire déjà falsifiée. 

  • L’intervention d’Amzat Boukari-Yabara

Ce que j’ai pu retenir de son intervention :

Ce sont la lecture et le cinéma qui m’ont amenés à m’intéresser au panafricanisme : capacité à s’intéresser au Monde. J’ai pu découvrir que des femmes et des intellectuels ont lutté pour l’émancipation de leur peuple; Qu’Haïti était la colonie la plus importante du monde. De plus, des associations ont été mises en place afin de lutter contre le racisme. Mais le système internationale est instable. Les ressources non renouvelables et la pollution de l’Afrique fragilise le continent. Les rapports de pouvoir et de domination perdurent toujours, les richesses de l’Afrique sont pillées, mais le continent persistent à lutter. Selon moi, l’Histoire est un élément qui enrichie chacun d’entre nous.

  • Bilan

Ce qu’en concluent les intervenants.

L’esclavagisme, le mariage forcé et le travaille des enfants persistent toujours. On compte encore 30 millions d’esclaves, femmes et enfants. C’est une forme de déshumanisation. Il faut déconstruire les formes de supériorités. Une personne est égale à une autre personne. Les liens avec la France suite aux colonies sont à briser des deux côtés. 

  • L’avenir : quelle image avons nous de l’Afrique ?

Il s’agit d’un continent immense, donc qui dispose de beaucoup de ressources. C’est un terrain de rivalités des grandes puissances.

Cette conférence était très enrichissante. C’est encore plus pertinent d’entre des historiens parler de ce genre de sujet. Cela impacte davantage lorsque nous les écoutons de vive voix.

En cliquant sur les liens que j’ai pu intégrer, vous aurez accès aux biographies des différentes acteurs, à l’exception de Willy Jackson pour lequel le lien envoie tout droit vers un article qu’il a pu rédiger au sujet de la Cisjordanie.

Publicités

5 réflexions sur “Conférence à l’UNESCO

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s